Overlord, tome 1 – Kugane Maruyama et So-bin

Light Novel Maison d'édition Ofelbe
Ecrit par Kugane Maruyama et illustré par So-bin. Publié aux éditions Ofelbe le 11 mai 2017.
Un grand merci aux éditions Ofelbe pour cette lecture
Résumé
« Nous sommes en l’an 2138. Yggdrasil, le célèbre jeu de rôle en ligne est sur le point de fermer. Momonga, nécromancien Mort-Vivant, chef de la puisante guilde « Ainz Ooal Gown », attend seul l’arrêt du jeu. Cependant, l’heure de la fermeture passée, Momonga n’est pas deconnecté et se retrouve propulsé dans un monde inconnu. Prisonnier, le seigneur maléfique part à la découverte de terres hostiles. Pour survivre, une seule solution s’impose à lui : conquérir le monde. »

Mon avis

Nous entrons dans un univers très spécial où se mêlent high fantasy et pourquoi pas SF d’anticipation ? C’est un premier tome très intéressant, cruel et incisif.
Momonga, rebaptisé Ainz Ooal Gown est un Overlord puissance 100, le plus haut niveau, chef de la guilde du même nom. A la base, c’est un humain, un joueur qui fait évoluer son personnage dans le monde virtuel d’Yggdrasil. Lorsque la fin du jeu est annoncée, ce joueur souhaite rester connecté au jeu jusqu’au dernier instant, jusqu’à ce qu’il soit déconnecté de force. Cela m’a beaucoup fait pensé à Sword Art Online. Car cet homme n’est pas déconnecté. Il reste prisonnier du jeu et devient réellement le personnage qu’il a créé.
Beaucoup d’interrogations le traversent mais il pense que cet état de fait est temporaire, un bug quelconque qui le force à rester connecté. Jusqu’à ce qu’il se rende compte que les personnages secondaires, les PNJ créé par les autres joueurs, ont des réactions indépendantes du jeu. Ils agissent hors programmation et semblent penser par eux-même, bien qu’ils restent fidèles à leurs traits de caractère respectif.
Dans le premier tome de ce double volume c’est davantage l’univers et l’intrigue qui nous sont expliqués. L’apparition des différents protagonistes mais aussi le personnage de Momonga. Il représente le anti-héros par excellence. Il est horrible de par son apparence squelettique et nous apparaît comme étant froid et dénué de compassion. Des pensées fugaces le traversent qui font la relation entre sa conduite au tant qu’homme et non de joueur. Il a une conscience mais, dans Yggdrasil seule la force compte. Il pense tout de même au confort des autres, ses PNJ où les habitants des terres environnantes mais derrière sa compassion se cache toujours un intérêt. C’est la raison qui fait que je ne me suis pas attaché à ce personnage ambiguë.

Les guerres et scènes de combats sont très présentes, aussi bien dans le premier volume que dans le second qui concerne les « guerriers noirs ». Cette histoire est une histoire de conquête, celle du jeu pour ce joueur mais celle du monde pour Momonga. Et de nombreuses embûches seront présentes.
Je souligne la plume de l’auteur que j’ai beaucoup apprécié, qui en choquera sûrement certain. Certaines scènes sont crues et le sexe est décrit sans ambiguïté, cela n’apporte rien d’enrichissant pour l’univers d’Yggdrasil mais pimente tout de même le roman.
Je regarde l’anime en parallèle, chose que j’adore faire ! Eh oui mon imagination travaille moins mais j’aime beaucoup lire en ayant un bon visuel de mes personnages. Mon préféré reste Albedo, PNJ amoureuse et dévouée à Momonga 😉

Albedo

Aussi bien pour les garçons que pour les filles, se light novel ravira de par son originalité.

Poster une réponse

Votre Email ne sera pas publié.Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces balises HTML et les attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Mot de passe perdu