Ecrit par l’auteur Anthony Combrexelles. Lauréat du concourt d’écriture sur 404 Factory. Edité aux éditions 404 le 25 janvier 2018.

Un grand merci à la maison d’édition et Net Galley

Résumé

« Paris, 1889. Six orphelins en cavale, devenus gamins des rues par la force des événements, volent et détroussent les passants. Alors que l’Exposition universelle débute, ils font l’erreur de dérober le mauvais objet aux mauvaises personnes. Leurs mésaventures aux quatre coins de la ville les amèneront à découvrir les secrets d’un monde magique où s’affrontent créatures mythologiques, sorcières et terrifiants ennemis mécaniques. Plus que jamais, Moignon, Allumette, Bègue, Morve, Boiteux et Pleurs devront se battre pour sauver leur vie et celle des habitants de la capitale. »

Mon avis

Premier roman lauréat de la plateforme d’écriture 404 Factory appartenant aux Editions 404.
Cette histoire nous propulse à Paris en 1889, année de l’Exposition Universelle. Le suivons le destin désargenté de six orphelins : Moignon, Boiteux, Bègue, Morve, Allumette et Pleur. Lors d’un énième vol à l’arraché qui leur permet de survivre dans les rues poisseuses de la capitale, Boiteux dérobe à un dandy, une montre à gousset aux pouvoirs terrifiants ! S’ensuivra une enquête qui les mènera au coeur d’un complot inimaginable.
Ces six enfants, entre 7 et 14 ans et possèdent chacun une personnalité unique et bien distinguable. Leurs surnoms sont liés à une caractéristique propre à leurs particularités. Je n’ai pas réussi à m’attacher aux six, seuls Boiteux et Allumette ont eu ma préférence. Boiteux, de part son handicap, fait preuve d’un courage incroyable, il détale comme un lapin même s’il souffre le martyr. Il évolue au fil des pages, s’affirmant et s’imposant, lui qui est persuadé de ralentir le groupe et de ne servir à rien. Allumette, elle, m’a plu à cause de son côté tête brûlée. Elle a un objectif et elle fonce. Elle porte le groupe du mieux qu’elle peut. Elle masque aussi beaucoup sa tristesse et son incompréhension derrière ses airs de meneuse. Elle en devient au final, très touchante.
Ils sont tous confrontés à des choix cornéliens. Ils vont vivre une quête initiatique dangereuse et qui ne sera pas sans conséquences pour leur groupe. L’auteur ne lésine pas sur la violence et la dureté de leurs épreuves. C’est aussi ce qui m’a plu : pas de paillettes sur les rouages !
Autour d’eux gravitent des personnages secondaires qui m’ont davantage plu que certains enfants. Je les ai trouvé très inspirant ! Je pense à l’inventeur Georges, au docteur Hippolyte et au policier La Teigne ! Ils font sourire, ils nous émeuvent… J’ai ressenti beaucoup d’émotions avec eux ! Je pense aussi à la sorcière Sibylline et à ses gardes ! Non Non ! Vous avez bien lu ! J’ai dit : Sorcière 😛

©John Blumen Illustration

L’ambiance steampunk y est aussi pour quelque chose concernant mon enthousiasme ! Elle est très bien transcrite ici ! Tous les éléments qui me plaisent y sont présents : les automates, la magie, les inventions folles et leurs inventeurs qui veulent révolutionner le monde et… s’en emparer ! J’ai adoré tous les détails concernant les machines et leur fonctionnement. Ce sont des petites choses qui donnent de la crédibilité à l’histoire et qui sont passionnantes !
Je recommande ce roman pour un lectorat avertis, il y a des scènes de combats assez dures ! Mais c’est un très bon premier roman pour l’auteur ! J’ai hâte de suivre le parcours de ce jeune talent !

 

Mot de passe perdu