La nouvelle – Cassandra O’Donnell

6-12 ans

Ecrit par l’autrice Cassandra O’Donnell. Publié aux éditions Flammarion jeunesse le 06 mars 2019.

Résumé

« Haya et sa famille viennent de Syrie. Ils ont dû fuir la guerre et se sont donc rendus en France, dans un village breton. Haya entre au collège et doit faire face à la méchanceté et au racisme de certains collégiens. Heureusement, son nouvel ami Gabriel la soutient et lui permet de vivre plus sereinement son arrivée dans ce nouveau pays. »

Mon avis

La Nouvelle, est le dernier roman jeunesse de Cassandra O’Donnell. Comme elle le dit, c’est son roman le plus personnel et la plume s’en ressent, le récit sonne juste, interpelle, nous émeut.

Dans ma vie personnelle, le monde arabe, dans sa globalité tient une place particulière. L’époux de maman a quitté sa vie là-bas pour venir ici. Nous avons connu les regards étranges, les messes basses… Les années ont passé, mais aujourd’hui plus qu’hier, la couleur de peau caramel suscite malheureusement toujours la crainte, la peur et l’incompréhension.

Voilà pourquoi Haya m’a touchée, c’est une enfant, l’innocence née des bombes et de la guerre. Après avoir connu les atrocités des combats et de la destruction, avoir avoir fui l’ennemi et la mort, Haya devient une immigrée, dans un pays qu’elle ne connaît pas, dont elle ne parle pas bien la langue, dans un petit village où tout le monde se connaît, où elle ne peut pas se cacher. Dans son malheur, elle a la chance d’être avec ses parents et sa petite sœur, dans une maison prêtée, mais à l’abri.

Elle va connaître la médisance de ses camarades qui ignorent tout de la réalité d’une guerre, va tenter de faire profil bas uniquement pour qu’on la laisser en paix. Elle va connaître Gabriel, un jeune garçon curieux qui n’hésitera pas à lui offrir son amitié, à l’aider dans ses devoirs. Il ne comprend pas bien ce qu’elle a vécu, pourquoi elle est là, mais va lui tendre la main, et Haya de tendre la sienne à son tour.

C’est une belle leçon d’humanité, touchante, qui prône l’acceptation de l’autre et les différences culturelles. On en apprend assez peu sur le conflit en soi, mais tel n’est pas le propos du récit. L’autrice nous parle de cette culture à travers les bons petits plats servis par la maman d’Haya et… par la grand-mère de Gabriel. C’est l’intrigue secondaire, aussi intéressante que l’histoire de Haya. La mamie de Gabriel vit avec eux et dissimule un secret de famille qui va bouleverser le garçon et faire évoluer sa relation tendue avec son grand-frère, avec son père également.

C’est un roman riche, qui entraîne le lecteur vers d’autres horizons, auprès de personnages forts et émouvants. Une très belle lecture que je ne saurais que trop vous recommander !

Poster une réponse

Votre Email ne sera pas publié.Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces balises HTML et les attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Mot de passe perdu

ut et, venenatis, tempus facilisis diam id