Le pensionnat de Mlle Géraldine, tome 2 – Gail Carriger

12 ans et + Chronique Orbit

Ecrit par l’autrice américaine Gail Carriger. Publié aux éditions Orbit, le 25 septembre 2014.

Résumé

« A-t-on vraiment besoin de quatre digitales pour décorer une table pour six personnes ? Ou bien est-ce six digitales pour tuer quatre invités ? La première année d’école de Sophronia a certainement été enthousiasmante. D’abord, son pensionnat pour jeunes dames de qualité l’entraîne à devenir espionne (Maman sera si surprise !). Ensuite, elle est mêlée à une intrigue à propos d’un appareil volé et on lui jette une tourte au fromage dessus. Aujourd’hui, Sophronia connaît chaque recoin de l’école, laisse traîner son oreille dans les quartiers des enseignants et monte clandestinement à la chaufferie du dirigeable où elle apprend qu’un simple voyage scolaire à Londres peut cacher davantage que ce qu’elle croit… Vampires, loups-garous et humains sont tous après le prototype récupéré par Sophronia dans Étiquette & Espionnage, qui a le potentiel d’améliorer le transport aérien surnaturel. Sophronia doit découvrir qui est derrière un dangereux complot pour contrôler le prototype… et survivre à la saison de Londres munie d’un carnet de bal complet. »

Mon avis

J’ai repris ce second tome longtemps après avoir lu le tome 1 que j’avais alors beaucoup apprécié !
C’est toujours un vrai plaisir de retrouver l’univers si passionnant de Gail Carriger, d’autant qu’ici, j’ai compris à quel point ses œuvres étaient liées entre elles ! Je ne me rappelle plus beaucoup des détails du premier tome, mais je ne me souvenais pas que cette saga était si proche de celle d’Alexia Tarabotti !
Nous retrouvons donc Sophronia et ses amies à bord de leur dirigeable. Les évaluations commencent et les espionnes en herbe sont survoltées ! D’autant que le fameux prototype n’a pas fini de faire parler de lui. Grâce aux bruits de couloir et à sa curiosité déplacée, Sophronia va apprendre que cet engin, qui permet aux créatures surnaturelles de voyager rapidement grâce à l’éther, est en danger ! Des individus cherchent à en prendre le contrôle ! Mais qui ? Les vinaigriers ? Les vampires ? L’heure de l’enquête a sonné !
« De manière générale, la plupart des agents solitaires sont des hommes, pas des femmes. Nous autres dames devons apprendre à manipuler la société. »
Si la plume de l’autrice me fascine toujours autant, l’intrigue de ce tome-ci a un peu de mal à décoller. Heureusement que le décor est riche, que les personnages ont une psychologie très bien développée et que la construction narrative est parfaite ! Dans le fond, malheureusement, j’ai été un peu déçue. Une lenteur générale plane sur l’ensemble du roman.
Cependant, ce second volume est plus complexe que le précédent. Le lecteur se retrouve immergé dans les conflits d’intérêts qui opposent les différents paranormaux. La recherche scientifique est également omniprésente et grâce à Vieve, la nièce de Mme Lefoux, on se prend de passion pour les avancées technologiques !
« – Vous dansez merveilleusement bien, Ria.
– Mlle Géraldine prend ces choses-là au sérieux.
– Ah. Et combien de façons de me tuer pendant que nous dansons connaissez-vous?
– Seulement deux, mais laissez-moi le temps. »
Les soutiers sont toujours aux côtés de Sophronia, pour elle, il n’y a pas de fossé entre les différentes classes sociales. Chaque individu est susceptible de lui apporter des informations et cela fait d’elle une espionne hors pair, avec un réseau très étendu !
Outre les petites intrigues estudiantines et féminines (il y a des garçons à bord !), j’ai adoré retrouver les intrigues liées aux ruches et plus précisément celle de Londres ! Lord Akeldama est de loin, le personnage de Gail Carriger que j’aime le plus !
« Quand la vie a-t-elle commencé à devenir si compliquée ? demanda Sophronia.
– Avec les garçons, dit Dimity, succincte. Bonne nuit. »
En somme, une bonne lecture parce que l’autrice arrive à me happer sans peine dans son univers, mais une intrigue est peu lente ! Ce qui ne m’empêchera pas de lire la suite avec plaisir !
A lire aussi, ma chronique du tome 1 :

Poster une réponse

Votre Email ne sera pas publié.Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces balises HTML et les attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Mot de passe perdu

venenatis venenatis, non elit. eleifend ut tempus ipsum ante. facilisis Phasellus