Rattrapage – Vincent Mondiot

12 ans et + Actes Sud Junior

Ecrit par l’auteur Vincent Mondiot. Publié le 03 avril 2019 aux éditions Actes Sud Junior.

Résumé

« Un échange de regards le jour du rattrapage du bac, et tout lui revient en pleine figure. Elle, c’est la jolie fille populaire, comme il en existe dans tous les lycées. Cette année, elle faisait partie de la meute, de ceux qui se payaient la tête de tous les « cassos » : les moches, les geeks, les nuls en cours. Lui, c’était leur proie favorite. La chasse s’est terminée dans une flaque de sang. 
Est-il trop tard pour qu’elle soit pardonnée ? 
Est-ce qu’elle mérite même de l’être ? »

Mon avis

« Rattrapage » est un roman court destiné aux lectures de 14 ans et +. Nous suivons le cheminement intérieur d’une jeune fille, ses remords et ses regrets.

Elle, c’est celle qu’on jalouse, qu’on admire en secret. C’est la fille la plus populaire du lycée, celle dont les garçons reluque le cul (je suis cru mais l’auteur aussi !), celle qui se pavane, qui n’en branle pas une mais à qui on pardonne tout parce qu’elle est belle tout simplement. Elle pense que la société est à ses pieds, que les moches n’ont pas d’excuses, qu’ils ne font pas d’efforts, que ce sont des « cassos ».

Alors avec sa bande, ils jouent les justiciers, publient des images sur un groupe Facebook qui leur est dédié, pour les humilier un peu plus, pour leur faire prendre conscience. Ils pensent bien agir, en tout cas ne pensent pas faire trop de mal. Ils veulent provoquer un électrochoc pour que les minables le soient un peu moins. Jusqu’au jour où l’un d’entre eux commet un acte qui aurait pu lui coûter sa vie.

La narratrice est au rattrapage du bac et elle rumine, depuis l’hiver elle ne fait plus d’effort, hanté par le souvenir de ce garçon qu’elle n’a pas vu depuis six mois mais qui est là, lui aussi.

La plume de l’auteur est vive, incisive, crue autant que cruelle. Nous assistons à la torture mentale que s’inflige cette jeune fille qui ne parvient pas à se pardonner, et à l’indifférence du garçon à son égard. Lui en veut-il ? L’a-t-il oublié ? Impossible…

J’ai apprécié ce texte qui aborde un point de vue singulier, celui du dominant. L’auteur nous parle de son inconscience, de sa honte et enfin de sa culpabilité. Un sursaut d’intelligence et une prise de conscience difficile à affronter pour une jeune personne qui éprouve des difficultés à comprendre quelle est sa place dans ce monde. Elle cherche une échappatoire, au moins un pardon à cette situation malaisante.

Je pense qu’il est facile de se retrouver dans les personnages, m’est avis qu’on s’est tous moqué un jour ou l’autre d’un autre élève : pour son pull, ses lunettes, sa couleur de peau ou de cheveux… Les enfants d’aujourd’hui sont verbalement plus évolué, déjà petits des propos blessants peuvent sortir de leur bouche. Je pense que le harcèlement scolaire est un sujet dont il faut parler et ce roman, de par sa taille est idéal pour faire prendre conscience.

Vincent Mondiot

Poster une réponse

Votre Email ne sera pas publié.Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces balises HTML et les attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Mot de passe perdu

pulvinar elit. eget odio Donec non dolor. libero sem, consectetur