Sword Art Online – Reki Kawahara

Light Novel Maison d'édition Ofelbe

Ecrit par l’auteur japonais Reki Kawahara. Publié aux éditions OFELBE le 12 mars 2015.

Je remercie chaleureusement les éditions Ofelbe pour la lecture de ce roman

admin-ajax-49

Résumé

« Un « game over » entraînera une mort réelle. Kirito a accepté cette certitude depuis qu’il a décidé de combattre en « solo » à l’intérieur de l’Aincrad, cette gigantesque forteresse volante qui sert d’univers au plus redoutable jeu en ligne connu sous le nom de Sword Art Online. Comme lui, des milliers de joueurs connectés, pris au piège dans ce monde virtuel où le moindre faux pas peut être fatal, luttent pour regagner leur liberté. Kirito veut conquérir seul les cent étages qui le mèneront au combat final, mais c’est sans compter sur l’obstination d’Asuna une habile épéiste avec qui il va devoir s’allier. Démarre alors une course effrénée pour survivre dans un monde où l’art de l’épée fait loi. »

Mon avis

Sword Art Online est un roman qui m’interpellait depuis un moment déjà. Je connaissais l’existence de l’anime sans l’avoir regardé, pour ne pas me spoiler (je savais que je le lirais un jour ou l’autre :D) ! L’intrigue paraissait originale et palpitante et cela s’est confirmé après lecture : voici un nouveau coup de cœur chez les Editions Ofelbe !

Le roman est assez ressemblant à DanMachi dont je suis réellement fan, au niveau des personnages et de leur quête.

Ici, l’intrigue se déroule dans l’Aincrad, une plateforme virtuelle qui ressemble à une immense arche composée de différents niveaux sous forme d’étages, cent au total. Les joueurs sont connectés à cette arche par le biais d’un casque qui relie leur système nerveux au jeu. Ainsi, chaque joueur, peut évoluer dans ce monde virtuel depuis chez lui. Seulement, lorsque le jeu prend complètement possession de leur vie, la partie tourne au cauchemar. Pour se libérer, les joueurs doivent atteindre le dernier niveau de l’Aincrad en combattant à chaque étage des monstres de plus en plus féroces, de plus en plus forts. Si le casque est enlevé de force par un membre extérieur au jeu, celui-ci envoi des ondes mortelles au cerveau. Même principe si un joueur meurt dans ce monde virtuel ou s’il se suicide.

Ainsi nous retrouvons plusieurs types de personnages : ceux qui combattent sur la ligne de front pour libérer leurs compagnons, ceux qui se terrent au premier étage et qui attendent qu’on les libère et ceux qui s’activent sans se battre pour le bien-être de tous en acquérant des compétences telles que la cuisine ou la forge d’armes. Lorsqu’un niveau est débloqué, tous les joueurs peuvent y accéder et s’y installer.

Parmi les différents protagonistes, deux personnages font avancer l’intrigue : Kirito, un solitaire qui a eu le privilège de tester le jeu avant sa sortie, c’est un bêta-testeur. Et Asuna, une épéiste hors pair. Ils lutteront côte à côte pour offrir la liberté à leurs camarades.

L’un des thèmes majeurs abordé ici, outre le combat, est la faculté que les joueurs ont, ou non, à vivre ensemble. Il nous offre un large panorama de ce que peuvent être les relations entre les gens lorsque ceux-ci sont forcés de se côtoyer. L’amour est présent, les liens amicaux également mais la haine prend parfois vite le pas sur la bienséance, car dans l’Aincrad, il n’y pas de lois hormis celle de survivre.

Le roman est scindé en deux parties, la première retrace le parcours de Kirito et d’Asuna pour atteindre la fin du jeu en massacrant étage après étage les monstres et les Boss, créature ultime dont la mort permet le passage à l’étage supérieur. La deuxième partie est constituée de quatre nouvelles, chacune mettant en avant un événement marquant de la vie de Kirito depuis qu’il est coincé dans SAO. Ces nouvelles apportent beaucoup à l’histoire, elles permettent de mieux comprendre le comportement de Kirito et fait la lumière sur des éléments abordés dans la première partie mais non développés.

J’ai beaucoup apprécié ce premier tome, il y a de l’action à foison, l’écriture est fluide et les descriptions des monstres et des décors sont vraiment impressionnantes. Le lecteur n’a vraiment aucun mal à se projeter dans ce monde virtuel, peut être futuriste (je ne l’espère pas) ! Il s’agit là d’héroïc fantasy mais qui ne me semble pas si éloigné d’un roman d’anticipation. Les personnages peuvent parfois être un peu caricaturaux mais leur psychologie est bien travaillée et j’ai eu beaucoup d’empathie pour eux.

Après Spice and Wolf et Dan Machi, Sword Art Online est ma troisième découverte chez les éditions Ofelbe et mon troisième coup de cœur.

5_coeurs

Kirito & Asuna

Poster une réponse

Votre Email ne sera pas publié.Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces balises HTML et les attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Mot de passe perdu

massa Praesent ut mattis nec dolor sit ipsum elit. eget libero.